Thé de composte oxygéné

Très populaire dans certains endroits, le thé de compost oxygéné n’est pas encore familier sur les fermes bio du Québec. Il pourrait pourtant prendre une place importante dans le démarrage et le suivi de plusieurs cultures en serre ou en champ. Le thé de compost oxygéné représente à la fois une façon de compléter le rôle du compost dans la fertilisation et une façon de cultiver la microflore utile sur les plantes comme mode de prévention des maladies. Les purins de compost sont utilisés en agriculture biologique depuis nombre d’années. Ce n’est que depuis une dizaine d’années cependant qu’est apparue la notion de thé de compost oxygéné et que se sont développés des équipements pour cette fermentation aérobique. Le développement de ces outils permet d’obtenir un meilleur contrôle de la fermentation et aussi d’orienter le produit fini vers une population bactérienne ou fongique selon l’usage prévu.

Préparation du thé de compost oxygéné. 

Le processus de fabrication du thé de compost se déroule en 2 phases – l’extraction et la fermentation. À partir d’un compost de qualité, on cherche donc d’abord à extraire les microorganismes bénéfiques, bactéries et champignons de même que d’autres types d’organismes que l’on multipliera ensuite pendant 12 à 24 heures dans l’eau, en présence d’oxygène. L’extraction se fait en utilisant quelques litres de compost que l’on place dans un filet ou un panier aux mailles appropriées pour permettre la diffusion des microorganismes vers la réserve d’eau où se fera la multiplication. Les mailles doivent être fines pour retenir les particules de compost, mais suffisamment grossières pour permettre aux organismes plus ‘gros’ de passer – champignons, protozoaires, flagellés, ciliés, amibes, nématodes utiles. Les bactéries passent facilement car elles sont beaucoup plus petites. C’est le mouvement de l’eau dans la machine qui fera l’extraction des microorganismes pour les libérer dans l’eau. Ensuite, pour que la fermentation (multiplication) prenne place de façon efficace, il faut un certain nombre de conditions. D’abord on doit utiliser des instruments propres et un compost de qualité. Ce que nous voulons multiplier, ce sont des organismes bénéfiques, non pas des pathogènes ni des opportunistes inutiles. Il faut donc vérifier le fermenteur et nettoyer toute trace de biofilm qui se serait formé lors d’une utilisation antérieure. Nombre de bactéries opportunistes peuvent être restées sur les parois ou les zones difficiles d’accès du fermenteur. En un mot, cela signifie qu’il faut nettoyer le fermenteur après usage, pour qu’il soit en bonnes conditions pour la prochaine utilisation.

Publicités